Abattage d'arbresDans le cas d’arbres dangereux ou nuisible, l’abattage peu s’avérer nécessaire.

Cependant, gardez toujours à l’esprit que l’abattage devrait être la dernière option à considérer. Dans plusieurs cas, l’élagage d’arbres et le haubanage permettent de corriger des problèmes qui vous permettront de conserver votre arbre. Ces dernières options sont généralement plus économiques que l’abattage.

Consulter les zones desservies avec les réglementations et permis

La plupart des municipalités exigent l’obtention d’un permis d’abattage avant que nous puissions entamer les travaux d’abattage. Dans ce cas, il est de votre responsabilité d’en faire la demande auprès de votre municipalité.

quality-sealDemande de prix pour l’abattage d’arbres sur la rive sud de Montréal

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

Questions Fréquentes : Abattage

Comment savoir si mon arbre est dangereux ?

Il peut être difficile de juger de la dangerosité d’un arbre. Une foule de facteurs peuvent influencer le degré de dangerosité. Voici une liste de question qui peuvent vous aider à estimer si votre arbre est dangereux:

  • Est-ce qu’il y de grosses branches mortes dans l’arbre ?
  • Est-ce que des branches cassées sont suspendues dans l’arbre ?
  • Est-ce qu’il y a de la pourriture ou des cavités dans le tronc ou dans les branches principales ?
  • Est-ce qu’il y a des champignons à la base de l’arbre ?
  • Est-ce qu’il y a des fissures dans le tronc ou dans les fourches des branches ?
  • Est-ce que des branches sont tombées de l’arbre récemment ?
  • Est-ce que des arbres avoisinants sont tombés ou sont morts ?
  • Est-ce que le tronc penche d’un côté ?
  • Est-ce que plusieurs branches maîtresses sont issues du tronc à la même hauteur ?
  • Est-ce que les racines ont été brisées ou endommagées par des travaux de nivellement du sol, de pavage ou d’excavation ?
  • Est-ce que le terrain a subi des modifications récemment en raison d’une construction, de travaux d’élévation du sol ou de pose de pelouse ?
  • Est-ce que les feuilles ont changé de couleur prématurément ou changé de dimension ?
  • Est-ce que des arbres ont été abattus dans des boisés avoisinants ?
  • Est-ce que l’arbre a été étêté ou sévèrement élagué ?

Voici des mesures pouvant contribuer à réduire les risques

que présente un arbre dangereux :

  • Éloignement des structures ou objets pouvant être endommagés. Bien que l’on ne puisse déplacer une maison ou une ligne électrique, il est possible de déplacer une table à pique-nique ou des voitures ou de modifier l’aménagement paysager pour éviter que ces éléments ne soient endommagés par la chute d’un arbre. Arbraction peut s’occuper de vos arbres trop près d’une ligne électrique.
  • Tailler l’arbre. Enlever les branches dangereuses. Pour ne pas affaiblir encore plus l’arbre, il est conseillé de faire exécuter ce travail par un arboriculteur certifié.
  • Haubanage. Le haubanage permet de renforcer et d’accroître la stabilité des branches faibles.
  • Entretien régulier. Les arbres matures nécessitent un entretien régulier; il faut donc les arroser, les fertiliser (dans certains cas), couvrir la base de paillis et les élaguer régulièrement, en fonction de leur structure et de la saison.
  • Abattage. Certains arbres dangereux doivent malheureusement être abattus. Il est possible de remplacer l’arbre abattu par la plantation d’un arbre dont le choix d’essence respectera les contraintes environnementales du site.

En identifiant les arbres dangereux et en réduisant les risques qu’ils présentent, vous accroîtrez la sécurité de votre propriété et celle de vos voisins tout en améliorant la santé de vos arbres et en augmentant leur longévité.

Arbraction saura vous conseiller sur le traitement approprié à la situation.

Qu’est-ce qui influence le coût d’un abattage d’arbre?

Plusieurs facteurs influencent le coût de l’abattage :

  • La dimension de l’arbre. Plus l’arbre est volumineux, plus il y aura de branches à couper, déplacer et déchiqueter. Il y aura également plus de bois à déplacer ou évacuer. Pour un arbre de très grande taille, il pourra être nécessaire d’utiliser une grue, ce qui occasionnera des frais supplémentaires.
  • L’état de l’arbre. Lorsque la structure de l’arbre est trop faible pour permettre à l’élagueur de grimper dans l’arbre, une grue ou une nacelle devront être utilisées, ce qui occasionnera des frais supplémentaires.
  • La distance entre l’arbre et la route praticable la plus proche. Plus la distance entre l’arbre et l’équipement lourd (déchiqueteuse et camion) est grande, plus le temps de déplacement des débris (branches et bois) sera long.
  • L’état du terrain. Un terrain en pente ou vaseux ralentit le travail au sol. Le travail est également ralentit lorsque le passage entre l’arbre et l’équipement lourd est très étroit ou est parsemé d’obstacles.
  • La présence d’obstacles sous l’arbre. Lorsque l’espace est insuffisant pour abattre par le pied, l’arbre devra être démonté en pièces de façon contrôlée afin d’éviter d’endommager les obstacles comme les structures, le mobilié, les piscines, les fils et éléments paysagers. Du matériel comme des câbles et des poulies sont alors utilisés.
  • L’évacuation ou le déplacement du bois. Certaines personnes désirent conserver le bois. Si le bois n’a pas à être déplaceé du site d’abattage, cette option permet des économies car le temps de manœuvre s’en trouvera diminué.
  • Le nettoyage du site. Après l’abattage, les débris devront être retirés du chantier. Le temps de nettoyage est fonction de la superficie du chantier.
  • Le déchiquetage des branches. Le déchiquetage des branches est habituellement l’opération la plus longue après l’abattage de l’arbre lui-même. Les branches devront systématiquement être déplacées et déchiquetées afin de conserver le site d’abattage propre et sécuritaire.

Je crois que les racines de mon arbre endommagent les fondations de ma résidence, que dois-je faire ?

Les racines d’arbres sont souvent accusées de plusieurs torts quand elles viennent en contact avec des structures urbaines comme des trottoirs, des entrées d’asphalte, des escaliers extérieurs, des tuyaux d’égout, etc. C’est également le cas en ce qui a trait aux semelles d’immeubles construits sur des sols argileux. En effet, les racines sont alors blâmées d’avoir bu l’eau de l’argile et, conséquemment, d’avoir provoqué son effritement. Ceci risque à son tour de créer des lézardes dans les semelles d’immeubles désormais non soutenues par le sol.

Les arbres ont toujours côtoyé les immeubles en milieu urbain. Leurs racines ne tardent habituellement pas à occuper tout l’espace souterrain qui leur offre des conditions de croissance intéressantes, c’est-à-dire, par ordre d’importance, de l’air, de l’eau et des éléments minéraux. Règle générale, la cohabitation entre racines d’arbres et semelles d’immeubles résidentiels ne pose vraiment aucune difficulté. Cependant, lorsqu’une sécheresse estivale survient, l’argile et les racines ne sont plus hydratées. C’est alors que des problèmes d’affaissement risquent de survenir. Les gens pensent que les arbres « envoient » alors leurs racines rechercher de l’eau plus profondément dans le sol, contribuant ainsi à déshydrater l’argile près des semelles. Mais les phénomènes d’absorption sont plus complexes qu’ils en ont l’air et, par méconnaissance, on attribue très souvent plusieurs mythes aux racines d’arbres.

Certes, celles-ci soutirent de l’eau du sol, mais il existe une panoplie de facteurs qui contribuent également à assécher l’argile. Les surfaces minéralisées, les tuyaux de drainage, les plantes arbustives et herbacées, les tranchées d’excavation et les sous-sols mal isolés sont des exemples parmi tant d’autres causes susceptibles d’entraîner l’assèchement de l’argile. Cependant, l’agent causal primaire reste sans contredit l’absence de précipitations durant l’été. Ne retenir que les arbres comme principale cause de lézardes fausse l’analyse et l’interprétation de chaque situation qui se présente.

On peut également comprendre que la construction d’immeubles résidentiels dans des sols argileux soulève des contraintes exigeant des normes et des standards plus stricts que dans d’autres types de sol. On exige par exemple d’asseoir les semelles plus profondément, de les élargir et de les armer pour améliorer leur caractère monolithique. Or, ces normes n’existaient peut-être pas lors de la construction de votre maison, ou n’étaient peut-être pas observées par l’entrepreneur.

Afin d’en connaître plus sur cet aspect et sur les façons de prévenir la formation de lézardes, nous vous invitons à vous procurer les deux brochures suivantes :

  • Votre maison est fissurée 1 : Comment prévenir les dommages lorsque l’assèchement du sol argileux est en cause
  • Votre maison est fissurée 2 : Comment évaluer les dommages et l’urgence de faire des travaux.

Ces brochures sont disponibles à faible coût auprès de l’Association des Consommateurs pour la Qualité dans la Construction.

Lorsque vous planifiez planter un arbre, prenez soin de bien sélectionner l’espèce à planter. Le système radiculaire peut s’étendre bien au-delà de la ligne du déploiement des branches. Certaines espèces peuvent développer des racines s’étendant jusqu’à deux à trois fois la hauteur de l’arbre! Il peut donc être utile de vous renseigner avant de planter dans votre petite cour un arbre pouvant atteindre des dimensions extravagantes. Choisissez des essences adaptées à votre zone de rusticité et aux conditions ambiantes: lumière, type de sol, etc. N’oubliez pas que votre petit arbre grandira! Soyez prévoyant en choisissant des espèces qui ne nuiront pas aux fils électriques. Choisissez des arbres à faible, moyen ou à grand déploiement selon l’espace dont vous disposez.

Ai-je besoin d’un permis pour faire abattre un arbre ?

Cela dépend des règlements en vigueur dans votre municipalité. Sur la rive-sud de Montréal et la vallée du Richelieu, la très grande majorité des municipalités exige que le propriétaire de l’arbre à abattre face le demande de permis. Dans certain cas, un rapport de l’arboriculteur est exigé attestant que l’arbre représente un danger ou qu’il est malade. Pour plus de détails sur les règlements concernant l’abattage dans votre municipalité, consultez la section règlements et services municipaux.

Quel est le meilleur moment pour abattre mon arbre?

Pour ceux qui désirent conserver le bois pour le chauffage, l’hiver est la saison idéale car le bois sera plus sec que l’été et sera donc prêt à chauffer plus rapidement. Cependant, il est habituellement plus coûteux de faire abattre son arbre durant cette période car nous devrons composer avec le froid et l’épaisse couche de neige au sol.

Vous avez aimé cet article ? Consulter notre article expliquant comment abattre un arbre