29 June 2015,
 1

Services_arbres_rive-sud_de_montreal

quality-sealEstimation de prix pour les services d’arboriculture sur la rive-sud de Montréal

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

10 conseils d’un élagueur professionnel

Élaguer un arbre correctement n’est pas compliqué mais cette nécessité place souvent les élagueurs amateurs dans l’embarras.

La prochaine fois que vous élaguerez, suivez ces quelques conseils pour obtenir des résultats qui répondront à vos attentes et vous éviterons certains pièges.

  1. Élaguer régulièrement allège le travail

    L’élagage est un travail ardu si les arbres sont négligés mais devient une tâche rapide et simple si vous les entretenez.

  2. Élaguer vos arbres par temps frais (pas «frette»)

    Sauf s’il s’agit de couper une branche endommagée ou malade, il est préférable de ne pas élaguer vos arbres lorsque la température est extrême.

    Si vous élaguez lorsque qu’il fait froid, les provisions de l’arbre (nutritives et autres) seront épargnées car, à cette période, l’arbre est en dormance (hibernation).Par contre, il est aussi possible qu’il ne puisse se défendre suffisamment rapidement et les blessures infligées demeureront vulnérables jusqu’au prochain printemps.

    Si vous décidez d’élaguer vos arbres alors que les feuilles sont poussées, le déplacement de la sève donnera à l’arbre l’opportunité de se façonner une défense contre les possibles infections de la plaie tels que les champignons. Il aura l’occasion de se créer une cicatrice avant le prochain hiver.De plus, en le taillant «pendant qu’il est vert», vous aurez une meilleure perspective  de la forme de la couronne de l’arbre.

  3. N’élaguez pas vos arbres lors de la première année de plantation.

    Même si le jeune arbre a aussi besoin d’être entretenu, n’élaguez pas votre nouvel arbre la première année si ce n’est pour couper une branche cassée ou morte.

    En effet, la taille du jeune arbre est importante aussi. Elle contribue à une croissance saine. Le retrait de branches particulières renforce, entre autre, sa structure.

    Avec le temps, cette taille de formation réduira les possibilités de bris importants. Votre arbre ne représentera pas un danger potentiel. À l’âge adulte, il sera dans son état optimum ce qui vous évitera des frais d’intervention.

  4. Il est préférable d’utiliser vos sécateurs à l’envers !

    Lorsque vous utilisez vos sécateurs, tournez-les de façon à ce que le côté coupant soit vers l’arbre. Ainsi la coupe sera plus près de ce dernier et vous laisserez un moignon qui sera juste de la bonne grosseur.

    Garder toujours vos sécateurs en bon état et bien affûtés. Cela vous facilitera la tâche et évitera des blessures inutiles à l’arbre.

    Enfin, utilisez une scie manuelle pour les branches de plus gros diamètre.

    Lorsque vous taillez un arbre affecté par un champignon, vous devez impérativement nettoyer votre sécateur ou votre scie manuelle en l’aspergeant d’alcool 70% afin de détruire les spores qui pourraient s’y trouver. Si vous ne le faites pas, vous risquez de propager le champignon aux autres arbres que vous allez tailler par la suite.

  5. Concernant la fiabilité des enduits d’émondage cicatrisant

    Jusqu’à maintenant, aucune études sérieuses ne peut prouver une quelconque efficacité des mastics ou pâte à cicatriser sur le long terme. À court terme, il empêche l’eau, les microbes, les insectes et champignons pathogènes de pénétré dans la plaie. Mais à long terme, il empêche la plaie de sécher convenablement, ce qui  favorise l’installation et prolifération des microbes, insectes et champignons pathogènes dans le bois. Vous pouvez appliquer une teinture à base d’eau à la couleur de l’écorce sur le bois de la plaie, mais son effet ne sera qu’esthétique.Quoi qu’il en soit, certains s’accordent pour affirmer que l’ajout d’un engrais dans lequel rien ne manque, à la fin du mois avril ou en mai, favorise le développement et hâte les réparations. Cependant, sachez qu’une surdose d’azote peu rendre l’arbre sensible à l’attaque d’insectes pathogènes car les pousses annuelles seront plus tendres et savoureuse pour ces insectes. Il est plutôt recommander d’utiliser des engrais à dégradation lente ou des fertilisants organiques comme le bois raméal fragmenté, le compost ou le fumier. Considérez également que le fertilisant pour gazon affecte les arbres situés à proximité.

  6. Pour commencer, il faut enlever les branches altérées

    • Cassées,
    • Malades ou
    • Mortes

    ainsi que les tiges endommagées que vous repérez.

    En effet, les tiges mortes attirent les insectes et sont propices au développement des maladies.

    Il faut les couper à l’endroit où elle rejoint la branche saine, de diamètre supérieur, qui la supporte.

  7. Il faut aussi couper les branches plus basses

    Enlevez les branches qui nuisent à lacirculation autour de l’arbre, comme par exemple, pour passer la tondeuse ou qui sont un risque de blessure à la tête pour quelqu’un de distrait.

    Tentez de conserver un ratio de 2/3 de ramure : un tiers de la longueur de pour le fût (tronc dénudé de ces branches) et deux tiers pour la ramure (partie de l’arbre avec branches et feuillage).

    Il faut aussi enlever

    • Les branches qui se croisent de trop près l’une de l’autre,
  8. Éliminer les branches «surprise»

    Les gourmands qui poussent à partir de bourgeons non apparents du tronc d’un arbre ou d’une branche sont souvent un moyen de défense de l’arbre en réponse à une blessure ou à un élagage.

    Ces «branches» sont plus chétives et sujettes aux maladies que les branches naturelles;c’est pourquoi il faut les éliminer.

    Ils peuvent cependant être utilisés comme greffons lorsque l’on veut multiplier l’arbre.

    N’enlever pas plus de 20% de feuillage dans une même année. Au delà de cette limite, l’arbre pourrait réagir en produisant des nombreux gourmands l’année suivante.

  9. Portez attention aux branches qui contreviennent à la forme naturelle de la couronne de l’arbre.

    Généralement les branches poussent

    • À la verticale et
    • Loin du centre de l’arbre,

    mais il peut arriver que vous en repériez qui

    • Croisent horizontalement les autres branches ou
    • Grandissent à partir du centre de l’arbre.

    Retirez-les.

  10. Faites disparaître la concurrence

    Sur des arbres avec un tronc central bien défini, plus particulièrement les conifères comme le sapin et l’épinette, enlevez les branches qui se font concurrence, au sommet, pour éviter qu’elles ne forment des «fourchettes» plus faible, plus tard.Il ne faut pas oublier que l’élagage en soi reste une atteinte à l’intégrité de l’arbre.Il subit un stress.

    La façon la plus efficace d’élaguer est de planifier la mise en terre en prenant soin de tenir compte de

    • La forme qu’il aura
    • La taille qu’il prendra
    • Les infrastructures qui l’entourent et
    • La dimension qu’atteindra son système racinaire.

    Mettez toutes les chances de son côté. Vous et votre budget en serez gagnants.

One response on “Services d’arbres sur la rive-sud de Montréal

  1. […] conseils sont offerts par Arbraction, élagueur professionnel sur la rive-sud de Montréal. N’hésitez pas à contacter un arboriculteur professionnel si vous plus ou moins à […]