Élagage et Émondage d'arbresLe but de l’élagage est de maintenir votre arbre en bonne condition, de former les jeunes arbres, de modifier ou de rétablir la forme naturelle, de dégager les structures et d’éliminer le danger que l’arbre pourrait représenter. L’élagage peut être pratiqué toute l’année, mais il y a cependant certaines périodes moins propices: lors de températures extrêmes, lors des périodes de montée de sève, de floraison ou de fructification, d’attaques d’insectes ou de maladies.

Les outils et les techniques appropriés doivent être utilisés lors de l’élagage. La suppression des branches doit être effectuée sans qu’aucun dommage ne soit causé à d’autres partie de l’arbre, à d’autres végétaux ainsi qu’à toute structure située à proximité de l’arbre élagué.

La technique de coupe en trois étapes ou le câblage des branches est utilisée lorsque nécessaire.

Nous n’enlevons pas plus de 20% de la ramure en une seule opération dans une même année.

Lors du rehaussement de couronne, la partie élaguée n’excède jamais le tiers inférieur de la hauteur de l’arbre.

quality-sealDemande de prix pour l’élagage sur la rive sud de Montréal

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

Nous vous proposons plusieurs types d’élagages afin de répondre aux besoins de vos arbres :

  • L’élagage de sécurité :

Taille des branches mortes, malades, faibles ou brisées et taille des branches représentant un danger potentiel pour les biens et individus;

  • L’élagage d’assainissement :

Taille des branches interférentes, mortes, malades, nuisibles, brisées, avec écorces incluses et faiblement attachées ainsi que la suppression de rejets, de gourmands et de chicots;

  • Le rehaussement de couronne :

Taille des branches basses de l’arbre afin d’augmenter le dégagement au sol;

  • L’éclaircissage :

Taille permettant d’aérer et d’alléger la ramure de l’arbre sans en changer les dimensions;

  • Rééquilibrage de la ramure :

Taille permettant de corriger les défauts esthétiques et de redonner à l’arbre sa forme naturelle;

  • Restructuration :

Rétablissement de la charpente d’un arbre suite à un coupe draconienne ou d’un bris de la charpente;

  • Dégagement des structures :

Taille visant à dégager les voies de circulation, le mobilier urbain et les structures;

  • L’élagage d’entretien complet :

Ensemble d’opérations qui comprend l’élagage d’assainissement, le rehaussement de la couronne, l’éclaircissage, le rééquilibrage de la ramure, la restructuration et le dégagement des structures.

Questions fréquentes: Élagage

Quel est le meilleur moment pour élaguer un arbre?

Les opinons sont partagés sur cette question dans le monde de l’arboriculture et la question s’avère plus complexe qu’elle n’en a l’air. En effet, les études tendent à démontrer que la taille peut être pratiqué n’importe quand, sauf pour les espèces pour lesquels on désire optimiser la production de fleurs ou de fruits.

En général, les branches mortes, malades, cassées, mal situées, nuisibles et faibles peuvent être supprimées en tout temps, idéalement le plus rapidement possible avant qu’elles ne causent des dommages.

Cela dit, certaines restrictions s’applique lorsque l’on désire maximiser la cicatrisation des plaies causées par la taille. Les motifs et les considérations, parfois contradictoires, guiderons le choix de la période d’intervention.

L’hiver, lorsque les feuilles sont absentes, l’analyse de la structure et de l’écorce est simplifiée. Il est plus facile de déceler les problèmes de structure, d’observer la présence d’insectes et de blessures à l’écorce. L’arbre profitera également d’une pleine saison de croissance pour refermer ses plaies. De plus, les dangers de contamination sont réduits en raison de la diminution de l’activité des agents nuisibles. Ensuite, la présence d’une épaisse couche de neige au sol peut représenter une opportunité car elle protège les végétaux présents autour de l’arbre qui pourrait être endommagés par la chute de débris lors des activités d’entretien de l’arbre. Cependant, le froid intense peut endommager les tissus vasculaires à proximité des plaies et ainsi réduire la capacité de l’arbre à cicatriser correctement. Enfin, noter qu’il est habituellement plus coûteux de faire entretenir son arbre durant cette période car l’arboriculteur devra composer avec le froid et l’épaisse couche de neige au sol.

Au printemps, les branches de petites tailles cicatrisent très rapidement après la coupe. Cependant, la forte montée de sève rend la taille moins propice pour plusieurs espèces : érables, bouleaux, noyers, tilleuls, saules et peupliers. L’écorce étant gorgée d’eau, elle peut plus facilement se décoller de l’arbre lors de l’entretien. De plus, l’écoulement de la sève sucrée attire les insectes et favorise la contamination des blessures. La période idéale pour ces espèces se situe après la montée de sève qui correspond au mois de mai. Ensuite, une taille excessive au printemps favorise l’apparition de gourmands. Ces branches très vigoureuses mais faiblement attachées au tronc et aux branches devront être supprimées.

L’été, étant donné l’activité intense du cambium de l’arbre, les coupes cicatriserons très rapidement. Il est aussi plus facile pour l’amateur d’identifier les branches mortes, malades ou faibles. Le repérage des feuilles malades est également possible durant cette période. Par contre, une taille trop sévère pourrait nuire à l’évapotranspiration et causer une insolation au tronc de l’arbre débarrassé de ces feuilles.

L’automne, l’activité biologique de l’arbre commence à diminuer, ce qui diminue les chances d’apparition de gourmands. De plus, les périodes de canicule et de sécheresse étant terminées, l’arbre récupérera plus facilement des coupes qui lui seront faites.

J’ai un arbre à fleurs (ou à fruits), quant dois-je élaguer cette arbre ?

La floraison peut être empêchée ou améliorée par un élagage effectué au moment propice. Les arbres fleurissant dans le bois de l’année comme les lilas des indes ou les tilleuls doivent être taillés en hiver avant l’émergence des feuilles et l’été après la floraison. Les arbres qui fleurissent sur le bois de l’année précédente, comme beaucoup d’arbres fruitiers, doivent être élagués après la floraison ou en période de dormance pour améliorer leur structure et distribuer la production de fruits, c’est-à-dire concentrer la production dans un nombre réduit de fruits.

J’ai des arbres près de ma piscine, ce qui me cause des inconvénients dus aux feuilles qui tombent et qui me font de l’ombre.  Pouvez-vous élaguer mon arbre de façon à réduire ces inconvénients?

Oui, nous pouvons faire un élagage de perspective afin d’éclaircir l’arbre et d’effectuer une percée visuelle sans compromettre la santé ou la stabilité de l’arbre.

Mais attention! Il est souvent tentant d’enlever plus de 20% de feuillage dans de telles situations, mais vous ne serez pas gagnants à moyen et long terme. Si une masse trop importante de feuillage est prélevée de l’arbre dans une même année, il réagira en créant des gourmands. Ces gourmands poussent très rapidement et rendront l’arbre très opaques en peu de temps. Sans compter que vous devrez les supprimer afin de ne pas compromettre la sécurité de l’arbre à long terme.

Mon voisin exige que je taille les branches de mon arbre car il prétend qu’elles lui causent un préjudice.  Dois-je obtempérer à sa demande?

Afin de conserver de bonnes relations de voisinage, les propriétaires d’arbres obtempèrent souvent à ce genre de demandes. Mais si la demande vous semble abusive ou injustifiée, sachez que selon la loi, 2 conditions doivent être respectées afin pour que la cour rende une décision vous ordonnant de couper les branches :

  1. il doit y avoir un envahissement physique par les branches de l’arbre;
  2. et que cet envahissement nuise sérieusement à sa propriété.

Notez que cette règle s’applique également aux racines.

Pour plus de détails, consultez la section Les arbres et les clôtures du site educaloi.qc.ca.

Je veux faire « Topper » mon arbre parce qu’il est trop haut, pouvez-vous le faire ?

L’écimage n’est pas une pratique recommandée sauf dans de très rares cas où la cime aurait subi des dommages majeurs. Notez aussi qu’un nombre grandissant de municipalités interdisent cette pratique.

Voici 8 bonnes raisons de ne pas écimer une arbre :

  1. Privation : Une bonne pratique d’élagage consiste à ne pas retirer plus de 20% du houppier de l’arbre afin de ne pas le priver de sa capacité à produire du sucre (potentiel photosynthétique). Par l’écimage, on retire une si grande quantité de branches que le ratio houppier/racine est débalancé. La capacité photosynthétique est ainsi temporairement réduite.
  2. Choc : Le houppier agit comme un parasol qui protège la majeure partie de l’arbre contre les rayons du soleil. Lorsqu’on retire soudainement cette protection, l’écorce restante est exposée de telle façon qu’il peut en résulter des brûlures. Les conséquences peuvent aussi être désastreuses pour la végétation environnante. Si un arbre qui se développe bien à l’ombre est soudainement privé de l’arbre qui lui founit cette ombre, sa santé peut être gravement affectée.
  3. Insectes et maladies des arbres: Les gros chicots d’un arbre écimé ont beaucoup de difficulté à former des cals cicatriciels. La localisation terminales des ces coupes et leur grand diamètre réduisent l’efficacité des mécanismes de défense chimique. Les chicots sont très vulnérables aux invasions d’insectes et spores de champignons de caries. Si la carie affecte déjà une partie de l’arbre, l’ouverture accélérera la progression de la maladie.
  4. Branches faibles :Le point d’insertion d’une nouvelle branche produite à la suite de la coupe d’une grosse branche est beaucoup moins solide que celui d’une branche qui s’est développée normalement. Si de la pourriture se développe au niveau de la coupe, le poids grandissant des repousses aggravera la situation.
  5. Repousse rapide : L’écimage est habituellement pratiqué dans le but de contrôler la hauteur et la croissance d’un arbre. En fait, cette pratique a l’effet contraire. Les gourmands sont si nombreux et poussent si rapidement que l’arbre retrouve souvent sa hauteur originale en très peu de temps, avec une densité de branches plus grande.
  6. Mort : Certains arbres tolèrent mieux l’écimage que d’autres. Le hêtre, par exemple, ne produit pas beaucoup de gourmands après un élagage sévère et la réduction du feuillage entraînera probablement la mort de l’arbre.
  7. Laideur : Un arbre écimé est un arbre défiguré. Malgré les repousses et le temps, il ne retrouvera pas le port caractéristique de son espèce. Cela a un impact négatif sur la qualité du paysage.
  8. Coût : Pour un élagueur, l’écimage peut être plus facile à réaliser qu’un élagage approprié, lequel nécessite des connaissances poussées et un certain jugement. L’écimage est peut-être moins coûteux à court terme, mais les coûts réels sont cachés. Ces coûts indirects sont la pertes de valeur de la propriété, le coût de remplacement des arbres qui succomberont à l’écimage, le coût de remplacement des végétaux environnants qui ne supporteront pas le changement d’exposition à la lumière, le risque d’être tenu responsable d’un accident causé par une branche faible et des entretiens ultérieurs accrus.

Si la hauteur d’un arbre doit être réduite, on optera plutôt pour la réduction qui consiste couper au niveau des branches latérales fortes ou des branches mère. Il s’agit donc d’effectuer des coupes de raccourcissement sur l’ensemble des branches de l’arbre.

Exemple de réduction

Exemple de réduction

Exemple d'un arbre écimé. Notez la présence de nombreux gourmands qui déforment le port naturel de l'arbre.

Exemple d’un arbre écimé. Notez la présence de nombreux gourmands qui déforment le port naturel de l’arbre.